Une visite à l'hôpital n'est évidemment pas toujours agréable. En plus du traitement, il n'est pas rare que les patients reçoivent de nombreux documents sur la protection des données à l'hôpital qu'ils doivent signer. Mais quelles sont les règles de protection des données en vigueur à l'hôpital ? Quelle est l'importance du secret médical et du consentement du patient ?

Secret professionnel des médecins

Tous les médecins sont en principe soumis au secret professionnel. S'ils révèlent sans autorisation un secret d'autrui qui leur a été confié en tant que médecin, ils risquent une sanction en vertu du § 203 I du code pénal allemand. Les codes de déontologie respectifs le stipulent également.

En principe, les données du patient restent donc dans l'hôpital concerné ou chez le médecin traitant respectif et sont protégées contre la prise de connaissance par des tiers. Il existe toutefois des exceptions à l'obligation de garder le secret.

Droit de révélation du médecin

Exceptionnellement, un médecin peut avoir un droit de divulgation concernant certaines données du patient. C'est par exemple le cas dans le domaine de la protection de l'enfance et de la jeunesse, lorsque le médecin soupçonne que l'enfant à traiter est victime d'abus. Le médecin peut alors transmettre les données correspondantes aux services de la jeunesse.

Devoir de révélation du médecin

Dans certains cas, le médecin peut même avoir une obligation légale de divulgation. De telles obligations se trouvent par exemple dans la loi sur la protection contre les infections, lorsqu'il s'agit de maladies particulièrement dangereuses. Le médecin peut alors transmettre les données correspondantes au service de santé publique concerné. Il est également parfois obligatoire de transmettre des données à l'organisme d'assurance.

Si le médecin de l'hôpital enfreint une telle obligation de divulgation, il est également punissable.

Protection des données au sein de l'hôpital

Non seulement la transmission des données des patients à des tiers, mais aussi le traitement des données au sein de l'hôpital sont réglementés par la protection des données. Sont concernées ici non seulement les données à caractère personnel, mais même celles d'une catégorie particulière (données relatives à la santé), qui nécessitent une protection spéciale. Le traitement des données à caractère personnel nécessite une base légale ou un consentement.

Consentement au traitement des données à l'hôpital

Lors du traitement des données des patients à l'hôpital, le consentement n'est requis que dans des cas isolés. Par exemple, lors de l'exécution de la facturation médicale en faisant appel à des organismes de facturation privés ou dans certains cas de soins particuliers en rapport avec l'assurance maladie obligatoire.

Le consentement du patient doit être conforme aux exigences du RGPD. Il doit être volontaire, déterminé, informé, révocable et explicite. Dans le cas des mineurs, le tuteur légal doit également être impliqué dans certaines circonstances.

Bases légales pour le traitement des données à l'hôpital

Toutefois, pour la plupart des données relatives à la santé produites à l'hôpital, le traitement est déjà autorisé par la loi. Dans ce cas, le consentement du patient n'est pas nécessaire. C'est le cas dans les situations suivantes :

  • Traitement de données relatives au traitement médical (art. 9 II, let. h RGPD en relation avec l'art. 22 I, n° 1, let. b BDSG)
  • Respect des obligations spécifiques découlant de la législation sociale
  • Respect d'obligations spécifiques dans l'intérêt de la santé publique
  • Protection des intérêts vitaux en cas d'incapacité du patient à donner son consentement
  • Sauvegarde des droits juridiques de l'hôpital (par exemple créance d'honoraires résultant du contrat de traitement)

Droits des personnes concernées par la protection des données dans les hôpitaux

Le patient bénéficie de tous les droits des personnes concernées découlant de la protection des données (RGPD) à l'hôpital. Il s'agit notamment de : Les obligations de transparence et d'information de l'hôpital, le droit d'accès du patient, le droit de rectification, d'effacement et de limitation du traitement, ainsi que le droit à la protection des données. Droit à la portabilité des données.

Protection des données et information des proches à l'hôpital

Même si un membre de la famille demande des informations à l'hôpital, le secret médical et les principes du RGPD s'appliquent également. Le médecin n'a pas le droit de transmettre les données du patient. Il peut toutefois être libéré de son obligation de secret par le consentement du patient.

Le patient peut donc décider seul quelles données peuvent être transmises à qui et quand, tant que cela ne concerne pas les droits ou obligations de divulgation du médecin. Les patients devraient donc toujours réfléchir précisément aux constellations pour lesquelles ils souhaitent donner leur consentement. Ces explications préalables sont particulièrement importantes dans le cas où le patient ne peut plus s'exprimer à ce sujet au cours du traitement.

fr_FRFrançais